Réincarnation

Frédérique Mosimann Roman Livre Écrivain Le café des écorchés

Je me souviens de cette journée à l’hôpital où, Doris, cette amie chère à mon coeur m’avait dit sur le lit qui devait être celui de sa mort deux semaines plus tard : Frédo, je veux être réincarnée en chat chez toi … Le tout avec son accent suisse allemand, que je ne peux malheureusement pas retranscrire ici et que je garde au plus profond de moi.

A l’époque, ces paroles m’avaient touchée profondément et beaucoup émue, mais pour moi cela restait des paroles, sans qu’elles puissent se concrétiser un jour …

Lors du décès de Shebec, l’amour de ma vie, j’avoue y avoir repensé mais sans plus … A ce moment là, je n’acceptais pas sa disparition, au même titre, que je n’arrivais pas à me résoudre à reprendre une petit boule de poils tout en sachant très bien, que vivre sans était pour moi une chose totalement inenvisageable.

A l’arrivée de Fidji dans ma vie, je n’ai pas repensé à tout ça, les choses étaient tellement compliquées entre lui et moi que je ne pouvais pas imaginer ou songer à cela une seule seconde … En même temps, ce n’est pas moi qui l’avait choisi et lui, ne m’avait pas choisie non plus, donc pas facile de se retrouver ensemble alors que tel n’était peut être pas notre souhait.

Lorsque que j’ai fait la connaissance de Gatsby, cela s’est passé totalement différemment. Je ne voulais pas le prendre, car un seul chat était suffisant à mon avis, mais il m’a draguée … Et il m’a bien eue le vilain … Bien que j’aie craqué à la vue de la première photo de lui, mais ça mieux vaut ne pas le lui dire …

Aujourd’hui, étant confinée, eh bien, j’avoue que cette idée de réincarnation m’a traversé l’esprit … Pourquoi je ne sais pas, mais Gatsby dans son comportement est un doux mélange de Doris et Shebec … Tout attentif à moi, miaulant si je ne me sens pas bien, me couvrant de tout son long pour que je n’aie pas froid, me suivant partout, etc …

Donc voilà, je pense que je devrai peut être le renommer Sheris ! J’ai un amour trois en un et ça m’ébranle un peu …