ÉCRITS DIVERS

Je vous propose différents écrits, notamment des nouvelles, des lettres ainsi que des journaux intimes et différents textes qui m’ont été inspirés

Le partage de nouvelles de Mots à Mots

Chers amies et amis de Mots à Mots,

En cette période de confinement, nous avons mis en place un concept de « concours de nouvelles ». Or, le mot concours n’est pas tout à fait exact, et nous allons vous en donner les raisons, ci-dessous.

Tout d’abord, sachez qu’il n’y a ni gagnant ni perdant ! L’écriture est un outil incroyable afin de se libérer de certaines émotions, telles que : la colère, la peur, la joie, frustration, l’ennui ou encore la tristesse. Coucher ces dernières sur papier peut permettre à tout un chacun de se faire du bien, et c’est ce but que nous recherchons.

Même si les nouvelles reçues sont lues par une chroniqueuse québécoise, le « classement » ne sera utilisé uniquement que dans le but de mettre en une de chapitre, l’écrit qui aura été le plus apprécié.

Aussi, dès ce jour, le terme de concours de nouvelle sera remplacé par celui de « partage de nouvelles », et je vous donne les détails plus formels, ci-dessous :

  • un thème est proposé chaque vendredi en période de confinement puis à sa sortie, la cadence deviendra mensuelle.
  • la participation doit être indiquée en commentaire sur le post qui mettra en avant le thème, par un : je participe.
  • les nouvelles ne devront pas dépasser les 6 000 caractères, espaces compris.
  • elles devront être envoyées par mail à l’adresse suivante le jeudi midi dernier délai, de préférence en format Word.
  • l’annonce de la une sera effectuée le vendredi dans la soirée.
  • lorsque nous aurons assez d’écrits en notre possession, un recueil de nouvelles sera publié avec tous les textes reçus, sans exception.

Cette démarche étant à visée non lucrative, nous vous proposons que les droits d’auteur perçus sur ce recueil soient redistribués de la manière suivante :

  • 25 % pour une association de lutte contre la maltraitance envers l’être humain.
  • 25 % pour une association qui contribue au bien-être animalier.
  • 25 % pour une association engagée envers l’environnement.
  • 25 % pour une association d’entraide aux soignants et autres personnes touchées de près par le COVID-19.

En espérant sincèrement que ce projet vous donnera l’envie de prendre la plume !

Frédérique et Sandy

Lettre à nos ainés

Dans le cadre de l’action menée par l’Assocation Vaudoise des Écrivains, je vous remets, ci-dessous, ma lettre à ma grand-maman.

Ma chère grand-maman,

L’autre jour, l’odeur d’un cake au chocolat, qui cuisait doucement dans mon four, m’a plongée dans mes souvenirs d’enfance avec nostalgie. Les années ont passé, mais comme on le dit souvent, la mémoire des sens reste intacte.

Il est clair que mon cake n’a rien à voir avec les fameux « mississippi » que nous faisions ensemble, et dont tu avais le secret.

Aussi, j’aurais tant aimé partager avec toi ces moments rares et précieux que je me remémore. Il faut dire que nous avons tellement fait d’activités ensemble : les gâteaux, les tresses, les confitures, la couture. Te souviens-tu de ces mètres de tissus que nous avons cousus pour en faire des rideaux, pour mon premier appartement ? Et surtout, la préparation des œufs pour les fêtes pascales.

Ces dernières se profilent à l’horizon, mais cette année, elles seront différentes. Eh oui, toi qui es née peu après 14-18, qui a traversé 39-45, te voilà replongée dans un confinement, et ce qui m’attriste le plus, c’est que nous ne pouvons même pas te rendre visite pour te déposer un petit lapin.

Même si c’est pour te protéger, j’espère que tu comprends pourquoi personne ne vient. Toi qui es l’une des résidentes de l’EMS qui reçoit le plus, ça doit être bien long.

Aujourd’hui, je t’ai appelée, car j’avais besoin d’entendre le son de ta voix, et d’ainsi ancrer tous ces moments d’insouciance tant aimés, mais aussi de me rassurer, peut-être, sur ton état de santé. Tu m’as semblé « bien », mais tu m’as confirmé que ce n’était pas facile d’être sans contact avec nous.

Malheureusement, tu ne pourras pas lire cette lettre, ta cécité t’en privant, et je souhaite de ton mon cœur qu’une âme bienveillante t’en fera la lecture, car j’en suis convaincue, la douce odeur du chocolat te replongera aussi dans cette période si merveilleuse.

Il me tarde que notre liberté nous soit rendue afin de nous revoir, et d’échanger à nouveau, même si ton état de santé ne nous le permet que trop peu à mon goût.

Du plus profond de mon cœur, j’espère que ces quelques lignes t’auront apporté un instant de bonheur, et surtout, que tu pourras quantifier la force de mon amour pour toi.

À très bientôt, ma chère grand-maman, prends soin de toi.

Frédérique

Ce courrier a été publié en date du 22 avril 2020, dans le journal de La Côte. Vous pouvez le découvrir ici